Comprendre la foi catholique [chronique de l'abbé Mateusz Markiewicz]: par qui toutes choses ont été faites au ciel et en la terre

La dernière de caractéristique du Fils de Dieu qui n’a pas lien avec son œuvre sur terre est celle de son activité créatrice. Notre symbole de foi Lui attribue la participation au devenir de tout ce qui est au ciel et sur la terre. Il est Créateur au même degré que l’est le Père. Ils sont donc égaux. Encore une affirmation de l’égalité des Personnes divines et ici, en ce qui concerne leur rapport à l’extérieur.
 Comprendre la foi catholique [chronique de l'abbé Mateusz Markiewicz]: par qui toutes choses ont été faites au ciel et en la terre

Mais cette affirmation n’a pas seulement pour but de dire que le Fils est égal au Père, ni qu’Il a participé à la création. Avoir le pouvoir de produire quelque chose à partir du néant est en effet un pouvoir divin. On sait grâce à ma Genèse que Dieu créait par son Verbe : « Dieu dit : ″ Que la lumière soit. ″ Et la lumière fut. » (Gn 1, 3) Il ne s’agit pas seulement du fait de prononcer divinement le devenir d’une chose. Il est question ici de le faire en ayant recours au Verbe de Dieu, entendu comme deuxième Personne divine. Ce texte a plusieurs sens et l’un n’exclut pas l’autre, mais l’approfondit et le complète (c’est l’une des caractéristiques de l’Écriture Sainte, elle est très riche en signification). C’est toute la Trinité qui a participé à la création, dès son premier instant et cela à une importance pour parler aussi des Personnes divines, car en leur attribuant une action commune à toute l’œuvre de création, on souligne leur égalité et leur éternité. Elles sont hors du temps et Elles agissent dans notre temps, par leur toute-puissance. L’unité de l’action de la Trinité en dehors d’Elle-même est signe de leur préoccupation commune pour le monde entier, pour lequel Dieu a un plan très spécial, qu’Il réalise surtout par l’Incarnation de son Fils.

En affirmant que ce même Fils de Dieu a participé à toute l’œuvre de la création, on nie la thèse comme qui Il serait créé Lui-aussi, ce qui était l’une des hérésies des premiers siècles. Certes, on a déjà rejeté expressément cette erreur, mais cette répétition doit aussi introduire la partie du symbole de foi consacrée à l’action de ce même Fils de Dieu dans le monde, en dehors de la Trinité. C’est en affirmant la participation du Verbe de Dieu à la création que l’on veut montrer que cette action n’était pas seule, séparée du reste, mais qu’elle s’inscrivait dans la mission du Fils de Dieu. C’est ce même Créateur qui va être aussi le Sauveur du monde créé par Lui. Dans le plan divin, tout commence par Dieu pour revenir à Dieu. C’est un cercle parfait, où tout reçoit son existence de Dieu pour la recevoir une nouvelle fois, à la fin des temps.

Comment cela s’est opéré, j’essayerai de vous le décrire durant nos prochains rendez-vous. Durant le prochain, on touchera une question qui n’est pas incluse directement dans le symbole de foi, à savoir si l’Incarnation était nécessaire. La réponse n’est pas évidente.

 

Chroniques de l'abbé Mateusz Markiewicz, prêtre catholique, membre de l'Institut du Bon Pasteur.

Retrouvez la chronique n°1: "Je crois" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°2: "Le Symbole des Apôtres" en cliquant ici

Retrouver la chronique n°3: "Un seul Dieu"en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°4: "Unicité et perfection de Dieu" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°5: "Dieu peut tout faire, mais..." en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°6: "Dieu le Père" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°7: "Créateur du ciel et la terre" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°8: "Un seul Seigneur, Jesus Christ" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°9: "né du Père avant tous les siècles" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°10: "consubstantiel au Père" en cliquant ici

 

 

 

 


Actualités