Les Verts héritiers de l’Union Soviétique ?

Les conservateurs polonais qui verraient d’un bon oeil les Verts arriver au pouvoir en Allemagne se mettent le doigt dans l‘œil.
 Les Verts héritiers de l’Union Soviétique ?

D'expérience, je sais que de nombreux Polonais sont assez impressionnés par la rhétorique des «Verts» allemands: il semble que ce soit le seul parti allemand qui se prononce avec force et conviction en faveur d'une reconnaissance accrue des souffrances polonaises pendant la Seconde Guerre mondiale, et qui semble même ouvert aux demandes de réparation du gouvernement polonais pour les dommages considérables causés par l’invasion et l’occupation de la Pologne  par l’Allemagne (qui n’a payé aucune réparation) lors de la Deuxième Guerre Mondiale. Raison suffisante pour espérer la victoire des Verts aux prochaines élections, pensent de nombreux Polonais, qui considèrent la CDU comme indigne de confiance en raison de son implication dans les associations d’Allemands expulsés des anciens territoires allemands devenus polonais, ou l'AfD en raison de sa rhétorique historico-politique effectivement parfois discutable.

Contre ce préjugé, on ne peut que conseiller à ces Polonais de poser un regard sur le programme du parti vert, qui ne demande au total rien de moins que l'augmentation massive de l'immigration de masse, l'abolition de la société industrielle moderne, la construction généralisée d'éoliennes, l'abolition de la famille traditionnelle, la mise en œuvre de quotas absurdes pour les diverses minorités immigrées et sexuelles, l’imposition de la théorie du genre, l'interdiction généralisée des transports privés, la restriction massive de la liberté au profit de la défense du « climat » et la mise en œuvre de si nombreuses directives, taxes et interdictions qu'il serait probablement plus facile de proclamer directement une république soviétique. Quiconque ne croit pas que « vert » signifie en fait « rouge » devrait prendre au moins une seconde pour regarder les affiches publicitaires de l'organisation de jeunesse des Verts allemands :

 

 

Et oui, elles datent bien d'avril 2021 et non d'avril 1946. Tout à fait consciemment et sans honte, des affiches de propagande soviétique ont été adoptées, derrière lesquelles se trouvait un régime inhumain et meurtrier, responsable de millions de morts et de décennies d'asservissement pour toute la moitié orientale de l'Europe - y compris la Pologne.

Comment est-il possible que dans un État comme l'Allemagne, dont la moitié orientale a également souffert de la terreur rouge pendant un demi-siècle, de telles affiches puissent être placées sans tollé de la part des masses ? Comment se fait-il que les Verts soient devenus le parti le plus fort d'Allemagne, non pas en dépit, mais précisément à cause de leurs objectifs autoritaires et antidémocratiques ? Comment se fait-il que, sous les applaudissements des médias, grâce aux nouvelles exigences constitutionnelles imposées par la CDU de Merkel, ils se soient même donnés le droit de harceler leurs voisins afin de les forcer à mettre en œuvre les exigences allemandes en matière de CO2 (pour en savoir plus: https://tysol.fr/a65781-L-39-Allemagne-toujours-un-tat-de-droit)?

Aujourd'hui, quelques jours seulement après l'anniversaire de la victoire contre l'Allemagne nazie, la Pologne, en particulier, devrait pouvoir tirer les leçons de son histoire tragique et avoir compris ce qui, en 1944 tout comme aujourd’hui, se tenait et se tient derrière la rhétorique rouge de la « paix » et de la « solidarité internationale »…

David Engels, essayiste et historien belge, est professeur d'histoire romaine à l'Université libre de Bruxelles et travaille pour l'Instytut Zachodni à Poznań. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actualités