Réparer à la place de l’homme

​​​​​​​Quand Dieu a puni Adam et Ève, Il a fait une promesse très vague, adressée au démon : « Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance : celle-ci te meurtrira la tête, et toi, tu lui meurtriras le talon. » (Gn 3, 15) La source du mal sera vaincue par un descendant de celle, qui a succombée comme première à la tentation. Cela veut dire que dès le début, Dieu avait un plan pour l’humanité et veut qu’elle y prenne part.
 Réparer à la place de l’homme

Comme nous l’avons vu la dernière fois, l’offense faite à Dieu était infinie. Un homme fini ne peut pas la réparer, car il n’y a que Dieu qui peut poser des actes de valeur infinie. En soi, le Créateur de l’univers pouvait effacer la faute des humains par le moindre acte de sa part, par un simple « Je vous pardonne. », mais cela n’aurait pas été suffisant de Sa part pour nous montrer comment Il nous aime. Il a décidé de réparer la faute à notre place, de la prendre sur Lui, en envoyant son Fils. Le mystère de l’Incarnation de la deuxième Personne Divine est le mystère du Dieu qui sauve. Il n’y a qu’un homme qui est à la fois Dieu qui peut poser les actes de valeur infinie et ainsi réparer l’outrage. Mais il y a ici quelque chose de plus grand qu’une simple égalisation entre ce qui a été détruit et ce qu’on répare. Certes, c’est la première finalité de l’Incarnation, mais elle en a d’autres.

Elle est d’abord une grande preuve de l’amour de Dieu pour nous. Quand on aime, on n’a pas honte à aider la personne aimée, peu importe ce qu’il faut subir. Dieu nous aime tant qu’Il a décidé de devenir l’un d’entre nous. De l’infini qu’Il est, Il a pris une nature finie. Tout immatériel, Il a pris une chaire comme la nôtre. Il est devenu l’un de nous et ce qu’Il a fait sur la terre était une grande preuve d’amour pour nous. Son amour est aussi grand que l’est son humilité.

Mais en même temps, en devenant homme, le Fils de Dieu a voulu nous donner l’exemple d’une vie humaine entièrement conforme à la volonté divine. Il a voulu nous enseigner les vérités essentielles sur Dieu, afin que nous puissions aller au Ciel. Il est devenu chef de toute humanité, car Il est l’homme le plus digne de nous tous, car Il est le seul à être en même temps Dieu. Et c’est en tant que chef de l’humanité qu’Il nous représente et qu’Il est entre Dieu et nous, pour nous permettre de vivre avec Dieu.

Et puisque la vie de Dieu sur la terre est la cause de notre salut, le symbole de foi nous la présente avec plusieurs affirmations, que nous connaissons certes par cœur, mais qui sont d’une signification très riche, comme nous le verrons dans les semaines à venir.

 

Chroniques de l'abbé Mateusz Markiewicz, prêtre catholique, membre de l'Institut du Bon Pasteur.

Retrouvez la chronique n°1: "Je crois" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°2: "Le Symbole des Apôtres" en cliquant ici

Retrouver la chronique n°3: "Un seul Dieu"en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°4: "Unicité et perfection de Dieu" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°5: "Dieu peut tout faire, mais..." en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°6: "Dieu le Père" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°7: "Créateur du ciel et la terre" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°8: "Un seul Seigneur, Jesus Christ" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°9: "né du Père avant tous les siècles" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°10: "consubstantiel au Père" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°11: "par qui toutes choses ont été faites au ciel et en la terre" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°12: "pour notre salut" en cliquant ici


Actualités