Ce qu’ils nous ont fait

Depuis plus de 40 ans en France, la caste dirigeante gouverne au mépris du peuple. Des politiciens de droite comme de gauche, se sont succédés au fil des élections et des nominations, non pour répondre à une demande de partage de compétences, mais bien pour que chacun se partage une part du gâteau que les Français ne cessent d’alimenter, comme le tonneau des danaïdes.
 Ce qu’ils nous ont fait

Les évènements de « mai 68 » sont arrivés, fracassant le pouvoir de la Vème République, au rythme des « il est interdit d’interdire », scandés notamment par une jeunesse voulant mettre à bas les lois et règles de notre société. Maintenant, ce sont les mêmes, aujourd’hui plus âgés qui, au pouvoir, musèlent le peuple, au gré des diktats économiques, médicaux et sanitaires: ils nous installent insidieusement un état digne de la société orwellienne décrite dans le livre « 1984 ».

Ils nous ont tout pris! La France est maintenant le premier état où le peuple est le plus imposé au monde. Pour alimenter la bureaucratie gargantuesque, il est nécessaire de toujours plus imposer, taxer, soutirer de l’argent aux Français en permanence… Ils nous saignent aux quatre veines pour se nourrir, parce qu’ils ont perdu le sens de la mission publique: ils ne sont plus au service du peuple, ils se servent du peuple et ils se servent dans la caisse. Pendant ce temps là, les retraités les plus pauvres font les poubelles les jours de marché pour pouvoir s’alimenter…

Ils ont tout vendu! La grande braderie de nos industries se poursuit inexorablement. Michel Sardou chantait « Ne m’appelez plus jamais France » après la vente de notre paquebot de croisière, il ne croyait pas si bien dire. Ceux qui nous ont gouverné et nous gouvernent encore, ont tous trahis les intérêts de la France et des Français. A grand renfort de « mondialisation », ils nous ont soumis au libre-échange, ont vendu des fleurons de sociétés françaises et laissent des capitaux étrangers se saisir de ce qu’il reste encore de nos biens…

Ils nous ont abandonné! Oui, ils ont abandonné le peuple à son propre sort. La situation sécuritaire de la France n’a jamais été aussi dégradée et grave. En nommant « Aquittator » Eric Dupont-Moretti Ministre de la justice et Garde des Sceaux, le président Macron a donné le ton: nos politiciens sont du côté des délinquants et par le fait, s’en rendent complices. Pour les victimes, point de compassion! Cette élite s’est mise à l’abri, à l’écart des conséquences de sa politique et feint de ne pas comprendre que le peuple demande des comptes. Quelle signification les citoyens peuvent-ils donner au mot justice aujourd’hui en France ? 

La crise multi-sectorielle que nous vivons vient du mépris du gouvernant sur le gouverné:

Mépris du vote en passant outre les résultats de référendums (2005 sur l’Europe, abandon de l’aéroport de Notre-Dame des Landes).

Mépris du peuple et de ses conditions de vie, qui a donné naissance au mouvement des Gilets Jaunes.

Mépris du travail des soignants auprès des malades, par la fermeture des lits d’hôpitaux.

Mépris du travail de la police par la nomination d’un spécialiste de l’acquittement au Ministère de la justice.

Mépris de nos militaires, par un dédain prononcé de certains ministres envers « un quarteron de généraux en charentaises » après leur tribune.

Mépris de la justice par l’affichage chez un syndicat de la magistrature d’un « mur des cons » contenant notamment, la photo du père d’Anne-Lorraine, assassinée de 34 coups de couteaux par un récidiviste.

Mépris de la culture par le Président, lorsqu’il était en campagne électorale, qui affirmait que « La France n’a pas de culture ».

Mépris pour notre histoire remise en cause par l’organisation d’une repentance destructrice.

Mépris de notre langue par l’absence de décision ferme et rapide au sujet de l’écriture inclusive qui saccage notre patrimoine linguistique.

Mépris de nos ancêtres bâtisseurs par l’autorisation de démolitions à tout va, de bâtiments architecturaux notamment religieux…Etc.

La liste est malheureusement très longue et non-exhaustive.

Aujourd’hui, être Français ne signifie plus rien aux yeux de ceux qui sont censés nous servir. Les attaques multiples que nous subissons sur notre sol depuis plusieurs années montrent qu’au-delà de la déstabilisation actuelle de notre nation, le projet terroriste vise la suppression de la France comme pays et comme   civilisation. Maintenant, des décapitations deviennent banales, des appels aux meurtres deviennent courants et des assassinats en pleine rue deviennent communs.

Les migrants ne viennent pas chercher du travail car beaucoup de nos entreprises ont déjà été délocalisées, souvent dans leurs pays d’origine. Non. Il s’agit maintenant de tourisme social, la France étant connue pour son exceptionnelle générosité (allocations familiales et sociales de toute nature)…

« Notre bon coeur nous perdra! ».

En prenant un peu de hauteur, nous sommes tous conscients qu’il s’agit d’une véritable guerre d’un genre nouveau, faite à notre civilisation afin de la faire disparaitre, avec pour toile de fond notamment, l’accès facilité quasi permanent de notre sol à nos propres bourreaux. La France représentant tout ce que les islamistes  radicaux détestent, ils ont fait de notre pays la cible première de leur conquête occidentale.

Nous sommes aujourd’hui très nombreux à vouloir défendre notre mode de vie, notre pays, notre drapeau. La prochaine élection présidentielle est notre dernière chance de nous débarrasser de ceux qui ont mis le peuple plus bas que terre. Nous devons saisir ce moment pour refaire de la France ce qu’elle a toujours été: un grand pays, une grande Nation.

Jacline Mouraud, entrepreneur, étincelle des gilets jaunes , candidate à l élection présidentielle de 2022. Auteur de « Jaune...Et après? » Editions Télémaque 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actualités