Lundi politique: La bataille des idées ne suffira pas !

Force est de constater que les circonstances ont donné du grain à moudre aux patriotes depuis plusieurs mois et que la bataille des idées est sur le point d'être emportée.
 Lundi politique: La bataille des idées ne suffira pas !

La crise du covid a mis en exergue la triste dépendance de la France sur la production des principes actifs médicamenteux, sur la fabrication de masques, de tests, sur les micro processeurs et de nombreux autres biens utiles de notre quotidien. Cette liste à la Prévert s'ajoute à la perte de notre souveraineté économique, budgétaire et juridique. L'anniversaire du 29 mai, date du référendum de 2005 rappelle également la trahison de Jacques CHIRAC puis de Nicolas Sarkozy quelques années plus tard en ratifiant un traité qui laissa les clés de la maison France à des technocrates non élus, dont la légitimité se rapporte à la pertinence d'un vegan dans une boucherie. 

Alors oui, les failles abyssales de cette  crise "covidienne" sonnent le glas d'un mondialisme exacerbé qui au bilan, apporte plus de souffrances aux français que de bienfaits. Cette aspiration populaire a recouvrir plus d'indépendance n'est en aucun cas un appel au repli sur soi, mais à remettre l'église au centre du village. 

Ce "sans-frontièrisme" marchand et Industriel n'est pas la seule plaie que les français veulent voir cautériser.

La maîtrise des flux migratoires, le refus d'une immigration insolente et  l'écœurement de nos concitoyens face à un regain d'insécurité sont comme des appels du pied à une droite régalienne qui, longtemps perdu dans le mirage d'une Europe "open-bar" se réveille aujourd'hui avec une gueule de bois et un retour à la raison. 

Alors oui, la bataille des idées pour un retour à l'ordre et la justice sociale est en passe d'être gagnée ! Mais avec qui ? 

Au bal des impétrants à l'élection présidentielle, Marine Le Pen semble aujourd'hui être la figure de proue d'une nouvelle trajectoire. Mais sondages après sondages, telle l'équipe d'Allemagne en finale de la coupe du monde... C'est Macron qui gagne. 

Pourtant, la digue est de plus en plus fragile. Les élections régionales à venir en sont la démonstration. Thierry Mariani en est sans doute le meilleur exemple. Cet ancien élu de l'Ump défendant aujourd'hui le drapeau du Rassemblement National par le biais d'un micro parti (droite populaire) pourrait emporter la région PACA le 27 juin prochain au nez de Renault Muselièr, le candidat LR.. EM... 

Sans doute l'attitude intellectuellement malhonnête de ce dernier aidera Mariani à gagner. Mais pour la présidentielle se sera une autre paire de manche, et Marine le Pen le sait bien. 

Le problème désormais des "patriotes" n'est plus celle de la concordance idéologique. Et nous constatons à longueur d'émissions et de tweets qu'il n'y a plus l'ombre d'une feuille de papier à cigarettes entre de nombreux leaders LR et leurs homologues RN. Ne citons alors que Nadine MORANO, Eric CIOTTI ou encore Guillaume PELTIER, le numéro 2 des Républicains. 

Alors, que se passe t'il ? Les idées sont proches, les leaders disent plus ou moins la même chose, les électeurs font fi des étiquettes, mais, Marine Le Pen ne parvient toujours pas à rassembler " sondagiérement" les Français à ce jour. 

Car là réside la seule chance d'Emmanuel Macron de rester à l Élysée, celui de l'absence d'incarnation incontestable du camp patriote.  Tel sera l'objet des semaines à venir. Au bal des ministrables de qualité, jamais la droite républicaine et nationale n'aura eu autant de talents à promouvoir. Mais à la fonction suprême c'est une autre histoire. A suivre... 

Benjamin CAUCHY, conseiller en communication

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actualités