Un conseiller politique de Macron veut réduire le temps de parole d’Eric Zemmour sur Cnews

Stéphane Séjourné n’apprécie visiblement pas la spectaculaire montée en puissance de Cnews face aux autres chaînes d’info en continu.
 Un conseiller politique de Macron veut réduire le temps de parole d’Eric Zemmour sur Cnews

Le succès grandissant de Cnews, soutenu par Vincent Bolloré et sa ligne clairement conservatrice, inquiète de plus en plus l’Elysée, et les derniers chiffres d’audience confirment la tendance. Cnews aurait en effet dépassé la barre des 2% d’audience en mai.

Aujourd’hui, le député Stéphane Séjourné et proche conseiller du Président, s’est exprimé dans l’Opinion pour demander ni plus ni moins qu’une « foxisation du paysage médiatique français » et un changement de législation sur l’audiovisuel français. « Les experts sont devenus des faire-valoir pour les éditorialistes », a-t-il fait valoir.

S’il fait semblant de dénoncer les dérives de la starisation des éditorialistes, en particulier Pascal Praud et la trop grande place accordée aux « experts » sur les plateaux, il vise clairement la ligne éditoriale des émissions et la liberté de parole des invités comme celle d’Eric Zemmour.

Celui-ci n’a en effet pas hésité à dénoncer récemment les dérives de l’Etat sur l’avortement à 9 mois (« Le gouvernement Macron porte une idéologie criminelle », a-t-il déploré le 31 mai), ou la création d’embryons homme-animal. Ces propos prennent une dimension particulièrement forte alors que l’Assemblée légifère en ce moment sur la révision des lois de bioéthique. Eric Zemmour s’est également exprimé sur la campagne publicitaire LGBT qui se déploie actuellement en France, en regrettant que l’argent public serve une idéologie. C’est selon lui « une campagne de propagande » et non un enjeu de santé publique. «  J’ai l’impression que les hommes blancs hétérosexuels sont dans un immense camp de rééducation permanent », a-t-il dit.

Ces propos n’ont pas plu visiblement.

Le député estime qu’Eric Zemmour évoluerait « dans une zone grise », son audience ne pouvant être décomptée en terme de « suffrage politique », et participeraient, par son côté polémique, à « abaisser le débat politique », à alimenter, selon lui, des « campagnes de caniveau »

Si un fœtus de 9 mois est un sujet « de caniveau » pour l’Elysée, effectivement il y a de quoi s’inquiéter du niveau global de ses préoccupations.

Mais Stéphane Séjourné ne s’arrête pas là : non content de dénoncer le pluralisme démocratique, il dit aussi vouloir restreindre la liberté d’expression, en décomptant le temps de parole des éditorialistes les plus engagés.

Quoi de mieux en effet que de censurer la liberté d’expression quand on se sent menacé par elle ?

Ceci montre une chose : qu’il faut aider CNews à s’imposer durablement dans le paysage médiatique français, parce que pour une fois, la parole qui s’y exprime correspond à ce que pense et que réclame une grande partie du peuple français.

Sabine Faivre

 

 

 

 

 

 


Actualités