Dieu, Satan et la République

En déplacement hier à Dijon pour soutenir la tête de liste de la majorité présidentielle en difficulté face au RN pour les élections régionales de Bourgogne-Franche-Comté, Gérald Darmanin a eu cette phrase terriblement violente : « on voit bien la marque satanique que représenterait une victoire du RN » a-t-il expliqué dans un meeting au cellier de Clairvaux, cellier cistercien de style gothique transformé en salle municipale.
 Dieu, Satan et la République

Ce sont les moines cisterciens qui apprécieront: un Ministre en campagne qui évoque Satan dans un lieu de la spiritualité catholique, désacralisé par la République. En effet, cette grange fondée au XIIe siècle par l’Abbaye de Clairvaux, faisait office d’annexe commerciale dijonnaise de l’Abbaye, avec des dortoirs pour les moines et lieux d’entrepôt des productions monastiques. Elle tomba aux mains de la Révolution française et devint propriété du Conseil départemental de la Côte d’Or.

La partie subsistante du cellier fut transformée regrettablement en salle municipale, où, désormais, sont organisés des meetings où les Ministres se transforment en prêcheurs improvisés.

Ceci devrait choquer les consciences attachées à la laïcité. Au-delà de l’insulte, que vient faire un discours spirituel dans un meeting de la République laïque ? Gérald Darmanin s’est-il tellement senti porté par l’esprit des lieux qu’il a cru bon de se transformer en oracle ? Si Dieu n’est plus présent dans ces lieux, quel autre esprit peut donc l’avoir investi ?

C’est une question à laquelle de nombreux catholiques seront sensibles. Car il n’est certes par indifférent qu’un lieu consacré à Dieu et porté par la prière, investi par la violence et transformé pour servir de mauvaises causes, finisse par s’imprégner de mauvaises ondes.

Il est probable que la classe politique ne réagira pas à ces anathèmes, aussi violents qu’haineux. La haine est décomplexée dans le camp auto proclamé du bien, où tous les coups sont permis, même les plus vils. Mais ce n’est pas très étonnant : la haine côtoie souvent le mensonge, et c’est même cette alliance qui les fait subsister.

En voulant diaboliser l’adversaire, ils se discréditent eux-mêmes. L’amalgame et les raccourcis simplistes sont toujours le fait d’esprits étroits, qui au fond, révèlent la pauvreté de leur pensée et l’étroitesse de leurs arguments.

Les catholiques apprécieront de leur côté assez modérément que l’on se serve de la foi pour instrumentaliser une cause politique. Si le RN est Satan, alors LREM, c’est Dieu ?

Laissez-nous rire.

Mais au fond, que dit cette phrase ? Elle choque autant par sa forme que par son fond, mais aussi par sa temporalité.

Car elle tombe précisément au lendemain du vote de la funeste loi bioéthique qui ouvre la brèche à des expérimentations dignes de Faust sur l’embryon humain.

Face à une telle indécence, on a envie de brandir l’image de la chimère à corps d’homme et à tête de cochon, que l’Etat va désormais créer, et ce, disent-ils, pour « servir la science ». Des expériences qui nous ramènent au Moyen-Age et aux potions douteuses des apprentis sorciers.

On pensait que la lumière de la civilisation judéo-chrétienne avait permis de faire advenir une idée de l’homme porté par la transcendance de sa dignité. Mais la franc-maçonnerie veut faire advenir un surhomme, un homme-Dieu, qui en réalité conduit à la domination de l’homme par l’homme et à l’écrasement des faibles.

Monsieur le Ministre, dans quel camp pensez-vous qu’est véritablement Satan ?

 

Sabine Faivre


Actualités