Face au déclin de l’Europe : Que faire ?

Dans mon petit livre « Que faire ? Vivre avec le déclin de l’Europe » (2019), j’ai tenté de fournir un bréviaire pratique à tous ceux qui déplorent, comme moi, la lente disparition de l’identité occidentale. Si nous voulons militer pour sa survie, il ne suffit pas de se borner au domaine politique : il faut défendre nos valeurs et notre manière d’être dans la vie quotidienne. La rubrique présente fournit les idées clés de « Que faire ? » sous forme d’une pensée du jour.
 Face au déclin de l’Europe : Que faire ?

Chronique n°19 : Lire - mais pas n'importe quoi

Les livres sont la nourriture spirituelle et intellectuelle de l’homme par excellence, et compte tenu du déclin généralisé de notre civilisation et sa dégradation par le matérialisme, le consumérisme, la superficialité, le nivellement par le bas et le court-termisme, il n’est guère étonnant que le livre, qui n’est rien d’autre que la matérialisation du lien entre la pensée de l’homme du passé, du présent et du futur, soit dans une crise grave, peut-être même mortelle. La solution à ce problème est simple et ancrée dans l’examen de ce que d’autres générations ont considéré comme le but de toute activité formatrice et littéraire : il ne s’agit ni d’éblouir son contemporain par la masse accumulée de « savoir » récent inutile, ni de se couper du passé par l’idéalisation d’un primitivisme intellectuel se drapant dans la toge de l’ouverture, de la tolérance et de la simplicité. L’essentiel est de travailler sans relâche à son propre développement interne et, comme le formulait Goethe, de « détester tout ce qui ne fait qu’instruire, sans augmenter l’activité ou l’animer directement ». Ainsi, ce n’est pas la quantité, mais la qualité de votre lecture qui se révélera essentielle pour votre développement, qualité d’ailleurs non pas en termes d’auteurs souvent abusivement élevés au rang de « classiques », mais plutôt en termes de la qualité de l’acte de lecture lui-même. Le « bon » livre au « bon » moment, même si l’ouvrage semble de piètre qualité, peut vous aider à découvrir un nouveau monde intellectuel, spirituel ou émotionnel, et lu avec attention et ouverture d’esprit, un seul livre comme la Bible, l’Iliade, le Zarathoustra ou la « Recherche du Temps Perdu » peut vous accompagner durant toute votre vie et pourtant rester source d’inspirations infinies

David Engels, essayiste et historien belge, est professeur d'histoire romaine à l'Université libre de Bruxelles et travaille pour l'Instytut Zachodni à Poznań. Retrouvez sa:

Chronique n°1: "Soyons réalistes!" en cliquant ici

Chronique n°2: "Désinvestir l'Etat" en cliquant ici

Chronique n°3: "Désobéir" en cliquant ici

Chronique n°4: "Créer une nouvelle société civile" en cliquant ici

Chronique n°5 : "Quitter les villes" en cliquant ici

Chronique n°6 : "Investir et acheter" en cliquant ici

Chronique n°7 : "Acheter européen" en cliquant ici

Chronique n°8 : "S'affranchir du court-termisme" en cliquant ici

Chronique n°9 : "Faire partie de la nature" en cliquant ici

Chronique n°10 : "S'entourer de beauté" en cliquant ici

Chronique n°11 : "Oui à l'égalité des sexes, non à leur identité" en cliquant ici

Chronique n°12 : "Fonder une famille" en cliquant ici

Chronique n°13 : "Éduquer vos enfants" en cliquant ici

Chronique n°14 : "Faire son devoir" en cliquant ici

Chronique n°15 : "Soyons tolérants, pas suicidaire" en cliquant ici

Chronique n°16 : "Peser les mots" en cliquant ici

Chronique n°17 : "Croire" en cliquant ici

Chronique n°18 : "Se recueillir" en cliquant ici


Actualités