Comprendre la foi catholique [chronique de l'abbé Mateusz Markiewicz]: Est mort

La mort de Jésus-Christ est l’un des dogmes chrétiens, mais on pourrait se poser la question pourquoi obliger à croire en ce que nous considérons comme un fait historique ?
 Comprendre la foi catholique [chronique de l'abbé Mateusz Markiewicz]:  Est mort

La raison en est d’abord l’une des hérésies de premiers siècles, selon laquelle Jésus, étant Dieu, ne pouvait pas mourir et sa mort n’était qu’apparente. Or c’est n’est pas le cas. Mais est-ce que cela veut dire que Dieu peut mourir ?

La tradition chrétienne considère la mort comme la séparation de l’âme et du corps. Jésus-Christ, en tant qu’homme était composé de ces deux principes. Cependant, il faut considérer aussi son union avec la divinité, qui est source de toute la vie, la vie même. Cela posait des problèmes sur la possibilité d’une mort réelle du Christ. La mauvaise interprétation pouvait en effet conduire soit à la négation de sa divinité (s’il est mort, il n’était pas Dieu), ou à celle de son humanité (il n’avait pas une vraie âme). Pour cela les Pères de l’Église ont insisté sur le fait que le Christ, en tant qu’homme est effectivement mort.

Mais la mort de Jésus en tant que telle n’est pas une mort ordinaire, mais le fruit de sa propre volonté. Il ne faut pas oublier ce qu’Il avait dit au sujet de sa propre vie : « Voici pourquoi le Père m’aime : parce que je donne ma vie, pour la recevoir de nouveau. Nul ne peut me l’enlever : je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner, j’ai aussi le pouvoir de la recevoir de nouveau : voilà le commandement que j’ai reçu de mon Père. » (J 10, 17-18) C’est en raison de son union avec la divinité que le Christ était, de soi, immortel, dans le sens ou rien sur la terre n’était en mesure de séparer son âme de son corps. Il fallait que ce soit sa décision à Lui. Cela peut nous paraître étrange, mais c’est Jésus qui a décidé le moment de sa propre mort et ses dernières paroles le prouvent : « Alors, Jésus poussa un grand cri : ″ Père, entre tes mains je remets mon esprit. ″ Et après avoir dit cela, il expira. » (Lc 23, 46) L’union entre la divinité et l’humanité du Christ étant tellement forte, rien de créé ne pouvait causer la cessation de l’influence de la nature divine sur la nature humaine. Il fallait que Jésus décide Lui-même se séparer son âme de son corps. En tant que Dieu, qui est la source de vie, Il avait le pouvoir de le faire et Il connaissait le moment opportun.

L’affirmation du symbole de foi sur la mort du Christ n’atteste donc pas seulement un fait historique, mais elle nous fait penser à la possibilité de mourir de Celui qui est à la fois Dieu et homme. Dans la mesure où sa mort ne peut qu’être décidé par Lui-même, on peut voir à quel point le Christ nous a aimé. Tout en pouvant garder sa vie, Il l’a donné à son Père, pour notre salut. Cependant, le cadavre du Christ était toujours uni avec la divinité, ce qui a permis plus tard la résurrection de Jésus. Mais on en parlera un autre jour.

 

Chroniques de l'abbé Mateusz Markiewicz, prêtre catholique, membre de l'Institut du Bon Pasteur.

Retrouvez la chronique n°1: "Je crois" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°2: "Le Symbole des Apôtres" en cliquant ici

Retrouver la chronique n°3: "Un seul Dieu"en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°4: "Unicité et perfection de Dieu" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°5: "Dieu peut tout faire, mais..." en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°6: "Dieu le Père" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°7: "Créateur du ciel et la terre" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°8: "Un seul Seigneur, Jesus Christ" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°9: "né du Père avant tous les siècles" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°10: "consubstantiel au Père" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°11: "par qui toutes choses ont été faites au ciel et en la terre" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°12: "pour notre salut" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°13: "Il s'est incarné" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°14: "réparer à la place de l'homme" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°15: "descendu du ciel" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°16: "par le Saint Esprit de la vierge" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°17: "réparer à la place de l'homme" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°18: "Crucifié pareillement pour nous" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°19: "sous Ponce Pilate" en cliquant ici


Actualités