Le légendaire syndicat Solidarnosc (Solidarité) attaque la Cour de Justice de l’U.E.!

Suite à la condamnation de la Pologne par la Cour de justice de l’Union européenne (CUJE), sur demande de la République tchèque, à payer 500 000 euros par jour tant que la mine de Turow reste active, le syndicat polonais Solidarnosc (qui héberge Tysol.fr) annonce des manifestations à Luxembourg pour protester contre cette décision.
 Le légendaire syndicat Solidarnosc (Solidarité) attaque la Cour de Justice de l’U.E.!

Cette sanction inédite au niveau européen a déclenché la colère des dizaine de milliers de salariés polonais qui travaillent dans le bassin d’emplois de Turow (mine, centrale électrique, transports, santé etc..). Le dirigeant de Solidarnosc (syndicat qui a abattu le communisme en Pologne et est le 1er syndicat du pays), Piotr Duda, a déclaré : « La Cour d'Injustice de l'Union européenne poursuit ses erreurs. Nous, syndicalistes de Solidarność, devons aller vers des solutions durs. Il y a une décision le 22 octobre, nous nous rendons à la Cour d'Injustice de l'UE pour remettre au président l'ordre de fermeture de sa Cour. Tout comme ils veulent fermer nos lieux de travail, nos mines et nos centrales électriques, privant ainsi notre société de l'accès à l'électricité (..) A Luxembourg, ils verront la force du travailleur polonais, du mineur polonais. Nous ne pouvons plus attendre. Nous attendons des déclarations claires de la part du gouvernement polonais.»

Le leader syndicaliste a aussi approuvé la décision de M. Morawiecki (1er ministre polonais) de ne pas rencontrer le Premier ministre tchèque: « J'attends de M. Morawiecki qu'il soit ferme, qu'il ne fasse pas un pas en arrière dans la question de Turów. Aujourd'hui Turów, et demain il s'avérera que les mines de Jastrzębska Spółka Węglowa sont aussi à la frontière avec la République tchèque et quelqu'un ne les aimera pas non plus. C'est de la politique, ce n'est qu'un prétexte pour que nous achetions effectivement de l'électricité à l'étranger, par exemple en Allemagne, au bon prix. Après tout, c'est de cela qu'il s'agit. Nous n'acceptons pas la décision unilatérale de la CJUE prise par une dame qui n'en fait qu'à sa tête dans cette affaire, car il n'y a même pas de chambre d'appel dans cette soi-disant Cour d'Injustice de l'UE. Une personne décide qu'il n'y aura pas d'électricité, pas d'eau chaude dans l'hôpital de Bogatynia et que les habitants se retrouveront sans énergie et sans eau chaude pour l'hiver. C'est un scandale. C'est mettre en danger les habitants, c'est mettre en danger notre pays que de se retrouver sans électricité. La décision du Premier ministre de ne pas se présenter à Vyšehrad est juste. Les Tchèques devraient se rendre compte que les relations de bon voisinage sont très importantes. Vous ne pouvez pas faire semblant d'être un partenaire ; vous devez vous montrer à la hauteur de certaines relations. »

Puis Piotr Duda a ajouté : « Nous savons pertinemment que la politique climatique malsaine que la Commission européenne propose est inacceptable pour nous. Pas seulement lorsqu'il s'agit de détruire nos emplois ! Mais il s'agit de l'ensemble de l'économie. Nous savons que cette orientation n'a rien à voir avec l'écologie. C'est juste de la politique et des affaires. Les pays de ce qu'on appelle les "quinze anciens", en particulier l'Allemagne, voient que l'économie polonaise se développe très bien, alors tout doit être fait pour décourager cette économie de se développer. C'est-à-dire les émissions de CO2, les redevances, et ainsi de suite. Cela entraînera une situation dramatique dans notre pays en termes d'emplois, et nous ne pouvons pas permettre que cela se produise. Nous avons fait des erreurs dans les années 90 : fermer des aciéries et des chantiers navals... nous ne referons pas ces erreur. Nous voulons être dans l'Union européenne et nous y serons, mais nous ne serons pas un laquais des anciens Quinze. Nous sommes un membre à part entière de l'UE et nous avons les mêmes droits. Ces pays ont bâti leurs économies sur le lignite et la houille, et ils attendent maintenant que nous passions aux énergies renouvelables. C'est inacceptable. Les prochaines actions du gouvernement polonais devraient être claires : ne pas faire de pas en arrière en ce qui concerne la politique éco-terroriste malade de Bruxelles ! »

Puis Wojciech Ilnicki, président du KM NSZZ "Solidarność" KWB "Turów" a pris la parole: « En plus de cette manifestation à Luxembourg, nous préparerons une motion au bureau du procureur national (polonais) en relation avec la suspicion de commettre un crime par la vice-présidente de la CUJE Rosaria Silva de Lapuerta, car elle a mis en danger la santé et la vie des habitants de Bogatynia, employés de la mine et de la centrale électrique de Turów. Nous allons également porter cette demande devant la Cour. Cette dame a clairement démontré son ignorance et son hostilité envers le peuple polonais en ne faisant même pas la distinction entre la houille et le lignite. Nous lui montrerons à quoi ressemble le lignite, et nous le montrerons aux habitants de Bruxelles. Si ces actions ne donnent pas de résultats, nous sommes prêts à une escalade encore plus grande, mais nous en ferons état dans un avenir proche. »

Pour sa part  Franciszek Kopeć, chef de "Solidarność" de Jelenia Góra prévient : « Les mineurs et les travailleurs de l'énergie ne seront pas laissés seuls. Les syndicalistes d'autres lieux de travail les soutiendront fermement, que ce soit au Luxembourg, en Pologne, à Varsovie ou à Prague. Nous serons à vos côtés et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que vous gagniez ce combat pour l'emploi et pour notre industrie énergétique. Si les idées des oligarques de Bruxelles se concrétisent, le problème de l'énergie nous concernera tous. Les gens ordinaires subiront des hausses considérables des prix de l'énergie et une baisse de leur niveau de vie. Nous ne sommes pas d'accord avec cela et, ensemble, nous nous battrons pour que ces idées malades soient retirées immédiatement. »


Actualités