[Vidéo] « Monsieur Ruffin, votre masque !»

- ah oui pardon, non c’est vrai que je ne suis pas à l’Elysée, donc je dois porter le masque ici à l’Assemblée, je ne reçois pas les footballers, donc je remets mon masque, excusez moi, j’avais oublié »
  [Vidéo] « Monsieur Ruffin, votre masque !»

Telle est la réplique bien sentie adressée hier au Président de l’Assemblée par le député François Ruffin, qui avait baissé son masque ostensiblement au moment de prendre la parole dans l’hémicycle.

 Ce geste symbolique lui a permis de dénoncer avec humour ce qui ressemble néanmoins à une véritable deux poids deux mesures entre les règles appliquées à l’Elysée et à l’Assemblée Nationale, entre les institutions et les français.

Et le député d’ajouter par la suite avec humour sur Twitter «  Excusez-moi, j’avais oublié qu’on n’était pas à l’Elysée en train de danser sur I Will survive ici »

En effet, suite au match de foot auquel avait participé Emmanuel Macron, la vidéo de la soirée organisée à l’Elysée montrant le Président danser sur le single I Will survive, sans masque, avec ses invités, et relayée par le Parisien, a créé une certaine stupéfaction dans l’opinion sur l’absence d’exemplarité en matière de protection et des gestes barrière au plus haut niveau de l’Etat.

On apprend que le pass sanitaire était exigé à l’entrée, ce qui exonèrerait les invités de porter le masque. Quand on voit cependant se multiplier les cas de contaminations entre personnes supposées vaccinées, comme l’ancien secrétaire d’Etat des Etats-Unis Colin Powell, double vacciné et décédé cette semaine du Covid 19, cette situation a de quoi laisser rêveur. Ceci interroge clairement sur le degré réel d’immunité conféré par le vaccin.

Si le pass est exigé à l’entrée de l’Elysée, par contre, à l’Assemblée Nationale, il ne l’est pas pour entrer dans l’hémicycle. Seuls les députés seraient donc exemptés d’une règle qui pourtant s’impose à tous.

Le Président Richard Ferrand avait évoqué à ce sujet le 21 juillet «  un problème constitutionnel », qui pourrait «  porter atteinte au principe de libre exercice du mandat parlementaire »

Et un des collaborateurs de la majorité présidentielle de surenchérir : «  imaginez si certains députés sont empêchés de voter, cela pose un vrai problème démocratique » !

Les préventions contre le pass sanitaire, comme outil contraignant la liberté, prévaudraient donc pour les députés, mais pas pour l’ensemble des français.

Ce raisonnement semble ubuesque, mais c’est pourtant bien la réalité.

Un amendement déposé par plusieurs députés LREM demandant l’instauration du pass pour entrer dans l’hémicycle a été retoqué en commission.

Florian Philippot, Président des Patriotes, n’avait pas manqué de réagir de son côté : «  Richard Ferrand a refusé le pass sanitaire pour accéder à l’Assemblée Nationale. Et oui, tout ça, c’est pour les gueux ! »

On a eu ces derniers jours, avec le vote sur la prolongation du pass sanitaire au 31 juillet, la preuve que le régime de la République à deux vitesses continue de bien se porter.

 

Sabine Faivre


Actualités