La Marche de l'Indépendance, une démonstration de force

Chaque 11 novembre, la Pologne célèbre son indépendance retrouvée après 123 ans de tripartition par ses voisins. Comme a l'accoutumée, pour l'occasion, une marche populaire a lieu dans les rues de la capitale polonaise. 
 La Marche de l'Indépendance, une démonstration de force

Malgré la tentative d'interdiction du maire progressiste de Varsovie et l'interdiction de l'édition 2021 prononcée, par un juge de gauche jugeant qu'il s'agit d'un rassemblement de " fascistes", cette édition 2021 a bien eu lieu.

Le ministre de la Justice, Zbigniew Ziobro et le président de l'association organisatrice de la manifestation Marsz Niepodległości ( Marche de l'Indépendance) Robert Bąkiewicz, ont fait le forcing pour que la Marche puisse se dérouler.

Une manifestation également qualifiée de défilé d'extrême droite, par le New-York Times, auquel la blogueuse polono-haïtienne Haitanka n'a pas manqué de répondre. 

Avant le départ du cortège, lors de la cérémonie du 11 novembre, le Président Andrzej Duda, a rappelé dans son discours l'importance de la liberté, de la souveraineté et de l'indépendance.

Le cortège de plusieurs dizaines de milliers de Varsoviens a débuté sa déambulation dans les rues de la capitale polonaise à 13 heures, et cela, pendant tout l'après-midi. 

Cette année, cette marche s'est voulu être, une démonstration de force et de détermination des Polonais à rester maîtres chez eux. 

Elle avait pour mot d'ordre : "Niepodległość nie na sprzedaż !" (L'indépendance n'est pas à vendre !). 

Ce qui rappelle, à l'Union européenne que les Polonais ne sont pas des gens que l'on peut acheter avec un plat de lentilles

Une démonstration de force aussi et surtout face au régime biélorusse, qui avec les migrants entend atteindre l'intégrité territoriale de la Pologne. 

Ce défilé populaire est avant tout, l'expression même d'un peuple, qui entend rester qui il est, chez lui. 

Florian Marek, chroniqueur Tysol


Actualités