Outre-Rhin: nouvelles restrictions à l'encontre des non vaccinés pour Noël

L’Allemagne annonce des restrictions drastiques pour essayer d’enrayer la vague épidémique incontrôlée.
 Outre-Rhin: nouvelles restrictions à l'encontre des non vaccinés pour Noël

 

Ces mesures ont été décidées à l’issue d’une réunion entre la chancelière sortante, Angela Merkel, son successeur Olaf Scholz et les dirigeants des 16 régions du pays. Dans ce pays, le taux de vaccination est pourtant de 80% des adultes.


La vaccination n’a visiblement pas permis d’enrayer la vague de contamination qui se répand partout.


Pourtant, et alors que tous s’interrogent légitimement sur le bien-fondé de la stratégie vaccinale, les Etats poursuivent leur politique jusqu’au boutiste : toujours plus de vaccination, en entretenant la croyance en une immunité collective qui serait obtenue pour tous avec 3 voire 4 injections de vaccin, mais sans l’assurance que celles-ci protègent contre le nouveau variant omicron….


En Allemagne, il n’est même plus permis de douter et de l’efficacité et de l’innocuité du vaccin : selon un «  consensus » dont on se demande s’il a été obtenu par décret, le vaccin devrait être rendu obligatoire à partie de février ou mars prochain.


Mais face à la vague actuelle, Angela Merkel doit néanmoins trouver une parade et annonce de nouvelles mesures, pour essayer d’éviter que le fiasco vaccinal ne se transforme en véritable raz de marée épidémique, dont les conséquences pourraient être incontrôlables.


Quelles sont-elles ?


Il s’agit d’interdire l’accès aux commerces non essentiels, restaurants et lieux culturels aux non vaccinés : ce qui, à la veille de Noel, est une idée inégalitaire et absurde, puisque les vaccinés contaminent autant, voire plus, que les non vaccinés.  Mais on n’est pas à une incohérence près, il faut surtout ancrer dans l’opinion l’idée que les non vaccinés font payer aux autres le prix de leur refus du vaccin.


En Allemagne, les non vaccinés étaient jusque là soumis à des restrictions d’accès à la vie publique avec des règles à géométrie variable. Le nouveau dispositif leur interdirait l’accès à l’ensemble des sites culturels et de loisirs, les restaurants, sur tout le territoire.


Clou du dispositif : vaccinés et non vaccinés n’auront pas le droit de fêter Noel ensemble, ce qui revient à un confinement quasi-total des non vaccinés. Cet apartheid est particulièrement préoccupant.


Certains réclamaient même un confinement partiel de la population…telle l’Association allemande de médecine intensive ( DIVI ), preuve que tous, après deux ans de crise sanitaire, s’avèrent incapables, comme en France, de résoudre la crise sanitaire, en tablant sur le seul « vaccin ».


Le discours alarmiste est à peu près le même en France. Le seul but de ces nouvelles restrictions est d’asphyxier socialement les non vaccinés pour les forcer à se faire vacciner. Ceci est-il moral ? Non.


Cela s’appelle de la manipulation psychologique par l’action conjointe, en étau, de la carotte d’un côté, et du bâton de l’autre.


Sur le fond, quand on voit à quelle exclusion de la vie sociale et culturelle les non vaccinés sont contraints, peut-on demander comment il est possible qu’ils soient responsables de la nouvelle vague de contamination ? Ils ne voient personne, ne voyagent pas et ne peuvent se rendre dans les lieux d’affluence touristiques ou les lieux culturels sans un test négatif.


Est-il donc permis de poser, comme le faisait le Professeur Perronne il y a quelques semaines, la question de l’efficacité du « vaccin » au regard du rebond épidémique ?


Qui devra rendre des comptes sur les effets désastreux de ce rouleau compresseur sur la santé des citoyens et sur la démocratie ?

Sabine FAIVRE

 


Actualités