Une enseignante polonaise arrêtée en Biélorussie

Anna Paniszewa, la directrice de l'école polonaise de Brest-Litovsk, en Biélorussie, a été arrêtée par les autorités biélorusses. Selon des informations non confirmées, la femme a été arrêtée à son retour de Pologne. Elle encourt 5 à 12 ans de prison pour menée antinationale.
 Une enseignante polonaise arrêtée en Biélorussie

Le ministère biélorusse de l'Intérieur a informé jeudi que le co-fondateur de l'école polonaise de Mme Paniszewa, âgé de 43 ans, a été aussi arrêté, selon toute vraisemblance pour les mêmes faits.

 Le bureau de presse du parquet de l'oblast de Brest a annoncé l'ouverture d'une procédure pénale pour «héroïsation des criminels de guerre».

Selon le parquet, le 28 février, un "événement de masse illégal" y a été organisé avec la participation de mineurs et de jeunes. "Des jeunes vêtus de l'uniforme national de l'organisation des scouts polonais ont chanté et lu des poèmes louant les criminels de guerre ( résistants anticommunistes). Ce que Mme Paniszewa, avant son arrestation, a nié sur les médias sociaux et affirmé que les accusations portées par le bureau du procureur étaient "inventées" et a estimé que le but de l'affaire était de liquider l'école polonaise.

Mardi, le ministère biélorusse des Affaires étrangères avait déjà ordonné au consul polonais à Brest, Jerzy Timofiejuk, de quitter la Biélorussie en raison de sa participation à l'événement susmentionné. En réponse, la Pologne a déclaré mercredi un diplomate de l'ambassade de la République du Bélarus à Varsovie comme persona non grata.

Un jour plus tard, le ministère bielorusse des Affaires étrangères a ordonné à deux diplomates polonais - le consul général à Grodno et le consul de la même mission - de quitter la Biélorussie dans les 48 heures. Le chef adjoint du ministère polonais des Affaires étrangères, Marcin Przydacz, a annoncé que la Pologne - conformément au principe de réciprocité - répondrait à cette décision de Minsk.

Andzelika Borys, Présidente de l'association des Polonais de Biélorussie à également été arrêtée.

Dans le cadre, des tensions internes à la Biélorussie la minorité Polonaise et la cible d'attaques de la part du gouvernement de Łukaszenko. 

Le Président Lithuanien Gitanas Nausėda, sur tweeter apporte son soutien à la minorité Polonaise et dénonce des exactions contraire aux traités internationaux. 

Les hashtag #FreePaniszewa et #FreeAndzelikaBorys circulent sur les réseaux sociaux, en signe de protestation.

Que va faire la France ? Que va faire l'Europe ?

 

Florian Marek.


Actualités